Généralités

Il existe deux modes d’édition pour les enregistrements DNS, la méthode « normale » (située en haut de la page Enregistrement DNS, et un mode par édition directe de la zone DNS (située plus bas dans la même page).

Important

Dans tous les cas nous vous recommandons d’effectuer une sauvegarde de la zone actuelle avant tout modification. Cela se fait via le bouton « Prendre un instantané de la zone » situé en bas de la page.

Note

Les DNS de Gandi utilisent une syntaxe dite « dynamique » ce qui veut dire que le domaine « apex » (ie : nu) doit être écrit via une arobase (@) et qu’il suffit de préciser les sous domaines via le nom situé avant le point (.) de l’adresse. Il n’est pas nécessaire de préciser le sous domaine complet (exemple : « www » est suffisant pour déclarer le sous domaine « www.monexample.com »).

En mode « normal »

Tous les enregistrements sont affichés de manière résumée en haut de la page et peuvent être modifiés via l’icône « crayon »” à droite de l’enregistrement concerné.

Note

Seule la « valeur » d’un enregistrement peut être modifié, jamais son nom. Si vous avez besoin de changer le nom ou le type d’un enregistrement, il faut créer un nouvel enregistrement (et éventuellement effacer l’ancien si nécessaire).

Que vous créiez un nouvel enregistrement ou que vous modifiez un enregistrement les informations affichées dans l’interface de gestion seront toujours les mêmes (seulement en mode « modification » certains champs seront grisés car non modifiables).

Les différents champs sont adaptés au type d’enregistrement créé, mais certains sont communs à tous les types d’enregistrement :

  • Type : A : indique un « lien » vers une adresse IPv4 de serveur
  • TTL : 10800 secondes : TTL ou Time To Live indique le délai de viabilité de l’enregistrement, ou tout les combien de (dans cette exemple) secondes les DNS racines rechargeront l’enregistrement. Cela indique donc le délai pour qu’un nouvel enregistrement soit pris en compte.
  • Nom : il s’agit du domaine (noté @) ou du sous domaine qui doit pointer vers l’adresse IP susmentionnée.

Note

Comme c’est le TTL déjà propagé qui s’applique il est donc inutile d’utiliser un TTL bas pour « accélérer » la propagation. Un TTL bas doit être utilisé temporairement lorsque vous envisager de changer de service, afin de réduire le délai de « bascule » entre les deux services et il ne doit jamais être conservé bas car il est mal vu de « monopoliser » les ressources des DNS « racines ».

http://www.bortzmeyer.org/forcer-ttl.html

N’oubliez pas qu’en mode « normal » il faut « Mettre à jour » chaque enregistrement afin qu’il soit sauvegardé.

Via le fichier de zone

Pour pouvoir modifier le fichier de zone (n’oubliez pas de créer une sauvegarde avant toute modification) , il vous faut d’abord activer l’éditeur avec le bouton « Éditer le fichier de zone ».

Une fois cela fait il vous suffit de corriger, effacer et modifier les enregistrements directement (comme dans un éditeur de texte) en respectant la syntaxe BIND (du nom du « langage » utilisé pour « configurer un serveur de nom). Référez vous au tableau à la note sur la syntaxe dynamique pour le bon « nommage » de l’enregistrement et au type d’enregistrement pour la syntaxe particulière.

Au final la plupart des enregistrements doivent avoir cette « forme » :

nom  TTL  **IN** Type_enregistrement  valeur

Si l’enregistrement est un nouvel enregistrement il devrait être disponible en quelques minutes. S’il remplace un enregistrement déjà existant, c’est le TTL qui va s’appliquer avant la disponibilité. Néanmoins selon la vitesse de propagation cela peut être plus court ou plus long.

Astuce

N’oubliez pas de toujours vider le cache de votre navigateur pour être sur d’avoir la « dernière  » version en ligne affichée.